Mostafa Melsa

Avec ce qui se passe à Al-Hoceima, on n’a pas fini, et on ne finira pas, d’entendre des commentaires qui vont du « vert au pas mûr », accompagnés de toutes sortes d’images de scènes des plus attendrissantes aux plus choquantes !

Ce faisant, rares sont ces colporteurs de bonnes et/ou de mauvaises nouvelles et ces commentateurs plus ou moins autorisés qui savent de quoi ils parlent…à commencer par la ville d’Al-Hoceima elle-même !

C’est pourtant une précaution nécessaire. Même si elle n’est pas suffisante !

pour, au moins, savoir de quoi on parle,

Clic ici Al Hoceïma

 

 Depuis un certain temps, les invitations ramadanesques portent çà et là, soit sur l’ftour seul (ghi l’ftour), soit sur le diner seul (ghi laacha) !

Un débat très sérieux a cours, depuis un certain temps, à ce sujet dans les salons bien- pensants !

Toujours est-il que, sur le plan bouftimentaire, le repas « sauté » est largement compensé par l’abondance des victuailles servies : après l’ftour quand c’est laacha qui saute, avant laacha quand c’est l’ftour qui saute…!

«L’exception marocaine», mythe ou réalité?

Une question qui revient souvent dans le débat public depuis le «printemps arabe». Si elle a pu faire débat, voire controverse   ces dernières années, force est de constater, avec l’historien, que six décennies plus tôt, les conditions dans lesquelles le pays avait entamé l’ère de son indépendance politique comportait une assez forte dose d’exceptions. Au moins trois faits marquants peuvent illustrer cette «exception marocaine».

Clic sur l’image pour l’agrandir et lire le texte de présentation de cet ouvrage très intéressant.

Economie politique, et politiques économiques au Maroc

 

Les premiers « ralentisseurs », appelés communément, à tort, « dos d’âne », ont fait leur apparition au CAFC (Cercle Amical Français de Casablanca).

Les dirigeants « blancs » de ce club, inaccessible en principe aux « indigènes », avaient dû recourir à ce dispositif pour protéger leurs enfants… du comportement très véloce au volant des « élites » autochtones qu’ils ont eu la faiblesse, ou la cupidité (?), de « coopter » eu égard à l’intérêt qu’ils pouvaient en tirer.

Maintenant que toutes nos villes, jusqu’aux plus paisibles, en sont parsemées, les ralentisseurs protègent qui de qui ?

Surélevés ou non, peinturlurés ou non, ils sont tout simplement ignorés par la plupart des automobilistes qui vous ignorent tout autant en passant dessus sans ralentir. Oubliant, en cet instant de sentiment de puissance, le poids de la mensualité du crédit auto qu’ils ont contracté !

Qu’ont-ils tous ces automobilistes à être si pressés ? Sont-ils donc tous des coursiers en mission express…? B’hal lli m’ssakhriin l’qaid gal aalihoum wahad chifor d ttaxi !

Cela dit, ils perdent 20 à 30 % de temps à chaque démarrage au feu rouge quand il passe au vert !

C’est qu’ils s’arrêtent bien après le feu, sur le passage pour piétons les empêchant de traverser, et ne démarrent que sur injonction tonitruante de ceux qui sont derrière qui leur klaxonnent pour avancer !

Résultat, ils sont généralement en retard à leurs rendez-vous !

Votre agenda

juin 2017
L M M J V S D
« Mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Rubrique

Archives

Catégories